Et si vous installiez une pompe à chaleur ?

L’eau, le sol et l’air qui nous entourent stockent l’énergie émise par le soleil. Et si vous installiez une pompe à chaleur pour la récupérer et l’utiliser pour vous chauffer ou produire de l’eau chaude ?

Avantageuses pour votre porte-monnaie, les pompes à chaleur (PAC) font également du bien à l’environnement. En effet, qu’elles soient géothermiques (la chaleur est puisée dans le sol ou l’eau), ou aérothermiques (chaleur conte- nue dans l’air), elles permettent de réduire votre consommation d’énergies fossiles et rejets de gaz à effet de serre.

Comment ça marche ?

La pompe à chaleur est constituée d’un circuit fermé et étanche dans lequel circule un fluide frigorigène à l’état liquide ou gazeux selon les organes qu’il traverse. Ces organes sont au nombre de 4 : l’évaporateur, le compresseur, le condenseur, et le détendeur. Partant de ce principe de base, la pompe à chaleur pré- lève un peu de chaleur d’une «source froide», à savoir le sol du jardin, l’air environnant ou l’eau d’une nappe, et augmente son niveau de température pour restituer une chaleur à une température plus élevée dans le logement.

Son fonctionnement est d’autant plus efficace que la différence entre la température du milieu où est puisée la chaleur et celle des émetteurs de chaleur du logement est réduite.

Comment est redistribuée la chaleur ?

Selon le type de pompe à chaleur, différentes sortes d’émetteurs équipent l’installation.

- Plancher chauffant basse température : il est formé de tubes noyés dans une dalle de béton. Sa surface diffuse une chaleur douce et régulière (jamais supérieure à 28°C), qui apporte une grande sensation de confort. Dans les tubes circule l’eau du circuit de chauffage (PAC à fluides intermédiaires ou mixtes) ou du fluide frigorigène (PAC à détente directe). Le dimensionnement des tubes et leur pose sont différents selon le fluide qui y circule.

- Radiateurs basse température : ils fonctionnent avec une eau entre 45 et 50°C, ce qui est le cas dans un circuit de chauffage alimenté par une PAC mixte ou à fluides intermédiaires. Ils procurent une chaleur douce très agréable. Cette solution convient si on ne peut (ou ne veut) pas installer de plancher chauffant qui peut être difficile ou coûteux à mettre en oeuvre en rénovation. Les radiateurs d’une précédente installation de chauffage central peuvent convenir, à condition de vérifier leur dimensionnement.

- Ventilo-convecteurs à eau : ce sont des émetteurs de chaleur par air, raccordés au circuit d’eau de chauffage d’une PAC mixte ou à fluides intermédiaires. Ils filtrent et diffusent l’air des pièces grâce à un ventilateur.

- Ventilo-convecteurs à détente directe : ce système peut comporter une unité par pièce ou une unité centrale (installée dans un faux plafond, des combles ou un placard et reliée à un réseau de gaines de distribution d’air chaud). Chaque unité pulse dans le logement l’air réchauffé par passage sur une batterie d’échange où circule le fluide frigorigène de la PAC à détente directe.

Et pour l’eau sanitaire ?

Les PAC peuvent également produire de l’eau chaude sanitaire (ECS), et cela de deux façons : soit avec une PAC double service qui assure les deux fonctions, la PAC assure le chauffage de la maison et l’eau du ballon est chauffée en récupérant une partie de la chaleur du fluide frigorigène (quand la PAC ne fonctionne pas, une résistance électrique chauffe l’eau sanitaire), soit avec un chauffe-eau thermodynamique (CET).

Et en été ? En inversant le cycle du fluide frigorigène, la pompe à chaleur puise des calories dans le logement et les rejette à l’extérieur. Les PAC munies de ce dispositif sont dites «réversibles». Elles assurent une baisse modérée de la température, de l’ordre de 3 à 4°C de moins qu’à l’extérieur. Il s’agit donc d’une fonction de rafraîchissement et non de climatisation. Par ailleurs, certains climatiseurs individuels réversibles assurent une fonction «chauffage». Ils ne sont en général pas adaptés aux besoins de chauffage d’hiver car ils ne sont pas dimensionnés pour cela. L’installation d’un système réversible incite à la consommation d’électricité tout au long de l’année pour les besoins d’un certain confort thermique alors qu’une pompe à chaleur uniquement dédiée au chauffage n’en utilise que l’hiver. Pour votre confort d’été, les protections solaires passives sont à privilégier.