top of page

ART BOX INTERNATIONAL EXPOSE SHUJIE WANG LE PARI SINO-FRANÇAIS DE FRANK DE BLOK !



Coup de coeur du célèbre peintre et galeriste de Honfleur pour les oeuvres de cette chinoise au talent fou ! Ouvert aux influences d’ailleurs, il se consacre à la création d’échanges artistiques entre la France et la Chine !


Reconnaissable à ce léger accent d’Amsterdam, l’architecte d’intérieur et designer hollandais Frank de Blok est arrivé en France en 2001 pour s’adonner à la peinture. Il met alors le cap sur la Côte Normande et crée en 2003 à Cabourg une boutique de décoration où il vendra aussi ses toiles jusqu’en 2014. Il jette ensuite l’ancre dans le charmant petit port de Honfleur et ouvre en juillet 2021 Art Box International. Cet espace original, situé au 25 rue de l’Homme de Bois, abrite sa galerie d’art mais aussi son atelier. En quête de nouveaux talents à exposer, il présente actuellement les tableaux de ShuJie Wang et a entamé avec cette artiste une collaboration enrichissante. Peintre, créateur et galeriste, ce visionnaire a sélectionné une série de toiles de sa talentueuse hôte accrochée sur les murs de son lieu renommé. Il peaufine leurs projets artistiques communs en Europe et en Asie.


Frank de Blok, comment êtes-vous arrivé dans l’univers de la peinture ?

Par passion ! Après des études d’économie, j’ai collaboré avec mon père, un ingénieur dans l’aéronautique, puis dans un bureau d’études avant de me consacrer à la création. J’ai d’abord pris des cours de théâtre. J’ai ensuite évolué vers les arts plastiques. A mon arrivée en France en 2001, j’ai même été directeur de création dans une société pour le développement de magasins. En m’affirmant en tant qu’artiste peintre, j’ai enfin ressenti une totale liberté d’expression, beaucoup plus épanouissante pour moi que de dessiner des baignoires et des bacs de douche pour Villeroy et Boch !



Quels thèmes inspirent votre peinture ?


J’ai toujours dessiné. En venant m’installer dans l’hexagone, je voulais être un électron libre dans la création. J’ai mis 45 ans pour comprendre qu’une fusion s’exerçait avec la peinture. J’ai une sorte de talent naturel pour les perspectives, une capacité innée pour la 3D. Je peins aussi l’influence de l'être humain sur son environnement.


En 2003, j’ai commencé à utiliser l’acrylique. En ce moment, via le digital, je construis une ville dans l’espace basée sur l’anneau de Möbius, un symbole universel. J’ai imaginé des moyens de transport très ludiques… Le sujet de l’un de mes derniers tableaux est une exoplanète.


Passez-vous beaucoup de temps dans votre atelier ?

Je me sens très productif depuis que je suis installé à Honfleur. J’ai achevé environ 200 tableaux. Si je ne sors pas, ou ne suis pas à table en épicurien gourmand et impénitent, je travaille sur mes toiles de lin ou de coton et polyester mixte. Ma technique de prédilection est la peinture à l’huile, au couteau de 32 cm de lame. Je dessine très rapidement avec la peinture les premiers traits. J’utilise beaucoup l’encre de Chine appliquée avec des matériaux "bizarres" car je ne prends jamais les traditionnels pinceaux chinois. Mon aire de jeu reste le monde. Je suis loin d’être un artiste "local". Mon ambition personnelle me pousse à me produire ailleurs, mais pas seulement ! J’aime faire découvrir dans ma galerie les peintres d’autres pays, et plus particulièrement l’Asie.


Quelle est la vocation d’"Art Bridge by Frank de Blok Création" ?

J’ai eu l’idée de fonder un pont artistique, une passerelle entre la France et la Chine pour faciliter la communication entre les artistes et les passionnés d’art de ces deux destinations. J’ai eu des contacts étonnants pour ce projet avec des gens incroyables, aux belles qualités humaines.


Aujourd’hui, faire découvrir de nouveaux talents et travailler dans l’échange avec ces artistes d’ici et d’ailleurs, est une magnifique opportunité. Pour cette expérience chinoise, il fallait trouver un second pilier en Chine J’ai eu la chance de découvrir l’artiste ShuJie Wang qui a permis de rendre possible cette nouvelle aventure.



Comment avez-vous rencontré l’artiste chinoise ShuJie Wang ?

Tout simplement par hasard fin 2017 en surfant sur les réseaux sociaux. Je pense que nous avions un ami en commun. Nous "likions" souvent les mêmes choses. J’ai vu ensuite son travail à travers ses publications sur Facebook et ailleurs. Il était encore facile à ce moment là pour les Chinois de se connecter à internet. Mon premier objectif était de la rencontrer et de faire connaître ses oeuvres au sein de ma galerie. Notre désir de collaboration fut instantané, comme une évidence.



Concrètement, avez-vous déjà mis ce pont artistique en place ?

Notre tandem d’artistes autodidactes forme les bases de cet art bridge très concret que nous développons avec des échanges ici et là-bas comme la conférence sur le design que j’ai eu la chance de donner à l’Université polytechnique de Shanghai. Nous participons ensemble à des événements où nous apportons notre vision de l’art. Je suis allé trois fois récemment en Chine pour faire des performances artistiques. J’attends avec impatience d’accueillir ShuJie Wang à Honfleur pour poursuivre cette synergie commune. Avec deux lieux pour travailler, l’un en Chine et l’autre en Normandie, les échanges d’artistes sont plus faciles. ShuJie a un agent à Beijing, et nos oeuvres sont présentes dans la Galerie De Heart Center à Shanghai.


Comment percevez-vous la peinture de ShuJie Wang

J’ai été frappé par l’originalité et par le feeling que dégage son travail. Artiste autodidacte comme moi, totalement libre, sa personnalité se décèle à travers ses tableaux. J’y vois une femme émancipée, libre. Je suis interpellé par sa façon unique et drôle de peindre les personnages. J’adore parmi ses sujets un couple où l’on voit qu'il y a l’eau dans le gaz… Son observation du monde est étonnante. Elle le peint avec une telle justesse. Les vrais artistes arrivent à donner une profondeur à une œuvre. C’est son cas. Elle réalise merveilleusement les portraits de femmes de tous les horizons. Elle leur donne une présence, une force. On sent qu’elle est fascinée par les femmes qui prennent leur vie et leur bonheur en mains. Elle sait envoyer des messages forts sans être agressive. Ses sujets traverseront le temps. Ses messages profonds dépassent l’actualité et apparaissent toujours à travers une touche humoristique.


Quel est le parcours de cette artiste chinoise exposée désormais à Art Box International ?

Après une formation universitaire et un divorce, ShuJie Wang a choisi de se reconstruire à travers l’art. Au beau milieu de son appartement transformé en atelier dans la ville de Suzhou, à 80 km de Shanghai, elle peint à l’huile, fait de délicates aquarelles et dessine très bien. Elle construit différent de moi ses œuvres. Le galeriste que je suis est heureux de pouvoir présenter cette artiste lumineuse, curieuse, courageuse. J’ai donné en 2018 la possibilité à ShuJie de se produire en France lors d’une exposition sur l’eau à Dives-sur-Mer, le village de Guillaume de Conquérant. La clientèle de ma galerie aime sa touche singulière et a hâte de la rencontrer. Une résidence d’artiste à Art Box International s’impose pour elle. Il existe peu de possibilités pour créer des liens entre le monde de l’art contemporain en Chine et en Europe, a part pour quelques grands noms. J’avais consacré les murs de la galerie à son travail durant 2 semaines et demi. Ses toiles se vendaient bien. Les amateurs d’art du monde entier viennent à Honfleur. J’ai hâte de montrer ses dernières créations.




Quels seront les prochaines étapes votre collaboration ?

Pour une installation artistique en commun, sa venue en France devient indispensable. Nous allons planifier sur Internet les médias et caler en Chine mes expositions. J’ai actuellement plus de 240 tableaux à présenter en Asie. L’idéal serait que ShuJie passe six mois au minimum au sein de Frank De Blok Création pour permettre à cette passerelle franco-chinoise d’être opérationnelle. Sa collaboration est capitale. Elle a le soutien de son agent qui lui a permis de pénétrer le cercle artistique très fermé de Beijing. J’ai beaucoup publié sur les réseaux sociaux, Instagram et Google l’essentiel de nos échanges. L’esprit de notre travail très complémentaire est à découvrir en poussant la porte de la Galerie Art Box International et d’un clic sur www.frankdeblok.com


Comments


bottom of page