Atelier Siebold, ou l’art de rénover sans trahir


C’est en 1993, à Genève, que Svetlana et Boris Siebold ont créé leur atelier d’architecture. Forte de la maitrise de 5 langues et d’une bonne adaptation à des cultures et modes de travail différents, cette structure familiale est

à même de gérer de nombreux projets à travers le monde, dont notamment pour des bâtiments des Missions Suisses des Affaires Etrangères.

Spécialiste de la rénovation de bâtiments anciens, souvent classés, l’Atelier Siebold propose des projets entièrement maitrisés, de la première esquisse à la remise des clés.

Cet engagement, porté par des équipes très impliquées et l’idée d’un travail d’artisans et de petites entreprises familiales, conduit l’Atelier Siebold à ne s’attacher à la réalisation que d’un nombre limité de projets.


Une démarche participative

Pour Boris et Svetlana Siebold, leur rôle est « de susciter et faire perdurer l’alchimie entre l’ensemble des intervenants, et ce tout au long du chantier. La qualité d’écoute, le temps nécessaire pour bien comprendre la demande des clients et notre capacité à bien y répondre sont des éléments indispensables à toute réussite. Notre démarche, bien plus participative que contractuelle, implique une réflexion collégiale et non un travail d’architecte isolé. L’humain est vraiment au centre de nos préoccupations ».

La qualité du travail d’équipe est, à ce titre, la garantie sine qua non d’un projet abouti, de la maison individuelle à la réhabilitation d’une usine. C’est pourquoi, les artisans font évidemment partie intégrante de l’équipe et des projets.

C’est ainsi que depuis 15 ans, en France, Svetlana et Boris Siebold collaborent avec Dominique Cochet, maître d’œuvre du cabinet BD Conseil. Ce dernier se charge de la réalisation des projets quand l’Atelier Siebold se consacre à la partie dessin et à l’obtention des permis de construire. Ce partenariat solide a largement fait ses preuves, notamment dans le cadre très exigeant de chantiers de restaurations de bâtiments patrimoniaux.


Le château des Brouillards à Montmartre

Cette réhabilitation lourde, placée sous le contrôle des ABF et de la mairie de Paris, a été réalisée en association avec Dominique Cochet.

Ce bâtiment, qui a été tour à tour une folie, un repaire de bandits et un lieu d’habitation, était dans un état de vétusté très avancé lorsque l’atelier Siebold et Dominique Cochet ont entrepris sa restauration en 2012.

Les deux étages ont été entièrement restaurés avec une identité classique, les deux autres niveaux soustraits des considérations patrimoniales sont de facture moderne.


Le château de Montmirail au cœur du Perche Sarthois

Splendeur de pierre dont les origines remontent au XIe siècle, l’impressionnant château de Montmirail, qui surplombe au cœur de la Sarthe le village du même nom, devait bénéficier d’une mise aux normes.

L’objectif ici était de réaliser la rénovation de l’ensemble des chambres d’hôtes et les doter d’une salle de bain sans dénaturer l’existant.

Réfection des sanitaires, de la ventilation, de la plomberie, du chauffage, de l’électricité… Nombre de défis techniques ont été relevés pour distribuer, sans abîmer les éléments répertoriés à sauvegarder, l’ensemble des techniques du sous-sol jusqu’aux chambres du premier étage.

Par un patient et minutieux travail d’artisanat, les chambres, les cuisines principales et secondaires ainsi que les écuries ont été rénovées à partir de matériaux anciens tout en y apportant des infrastructures modernes permettant de garantir un accueil très confortable.

Un certain nombre d’éléments existants ont été préservés, notamment les papiers-peints et les parquets.

Ce chantier d’envergure, particulièrement délicat à mener en raison de la valeur historique du lieu, a demandé à chacun, maître d’ouvrage, architectes, artisans, un grand esprit de collégialité et une implication totale, fut-elle parfois à distance via visioconférences.

L’atelier Siebold s’est chargé de dresser les plans du château, d’obtenir le permis de construire et l’ensemble des plans nécessaires à la réalisation des travaux, lesquels ont été réalisés par Dominique Cochet avec une grande implication du Maître de l’ouvrage.

Pour tous, ce projet rare marque une étape. Il est en effet exceptionnel de pouvoir intervenir sur une forteresse médiévale, ayant notamment abrité en 1169 une tentative de réconciliation organisée par Thomas Becket, archevêque de Canterbury, entre Henri II Plantagenêt, Roi d’Angleterre et le Roi de France Louis VII le Jeune.

« Ce chantier fut évidemment un grand privilège qui nous a poussés tant à l’humilité qu’au dépassement de soi. En effet, du haut de ses 9 siècles d’histoire, ce château nous oblige !

Nous savons que pour une restauration réussie, les bâtis à forte charge émotionnelle ou historique, doivent tenir le premier rôle. Tout doit être organisé en ce sens.


Le site classé du château de Montmirail bénéficie désormais d’infrastructures modernes dont l’installation n’a en rien altéré le cachet. Ce faisant, tout en garantissant un voyage dans le temps, ce lieu unique, doté de salons raffinés aux boiseries remarquables et mobilier Régence, propose désormais à l’année une belle capacité d’accueil avec des chambres d’hôtes, une boutique et des salles de séminaire équipées, des salles d’armes et, dans le parc, une orangeraie, écrin idéal pour tout type d’évènement.

Il est à parier que la Princesse de Conti, fille de Louis XIV et de Melle de La Vallière, qui au XVIIIe siècle restaura cette forteresse, ne se sentirait en rien trahie par le nouvel esprit des lieux !


Reconversion d’une usine dans le vieux Carouge à Genève

Après plusieurs décennies de mutations et de vacance, l’ancienne Manufacture de mètres et mesures linéaires de Carouge s’est offert le luxe d’une reconversion minutieuse. Classée Patrimoine Industriel et appartenant au centre historique, il fallait offrir à cette longue halle en béton armé, laissée à l’abandon depuis 16 ans, une nouvelle affectation digne d’elle. L’Atelier Siebold a proposé une reconversion sur-mesure où la compréhension du bâtiment s’est avérée essentielle à la bonne intégration des techniques. La construction d’une extension contemporaine (85 m2) en béton brut, insérée sur le flanc nord de la halle, a permis de compléter l’ensemble tout en conservant les volumes et en respectant la ligne du patrimoine industriel. Menée par l’Atelier Siebold, l’approche sensible des lieux, comme sa maîtrise technique et spatiale, ont permis de redonner une ampleur à cette ancienne halle industrielle tout en conservant ses principales caractéristiques et son esthétique si singulière.


Plus de renseignements :

www.ateliersiebold.ch