top of page

MICHELA VARINI, l’art du collage à l’infini !


Bercée par le charme de la Suisse italienne de Lugano puis conquise par l’effervescence des terrasses de la ville médiévale de Neuchâtel où elle s’installe à 19 ans pour des études d’ethnologie, de géographie et d’histoire du cinéma, cette artiste peintre et sculpteur vibre d’une pulsion artistique qui s’empare de son temps libre.


À la suite de ses études universitaires, Michela Varini suit une formation de décoratrice, d’étalagiste de vitrine. Début inattendu d’une carrière captivante, elle devient la décoratrice d’une célèbre chaîne suisse de magasins. Elle acquiert de l’expérience dans la gestion, la technique, l’organisation d’un projet pendant plus de 20 ans, et l’utilise aujourd’hui dans son évolution artistique. Elle obtient même un certificat en muséologie et médiation culturelle et participe à plusieurs montages d’expositions.


”On retrouve un jeu de profondeur dans mes collages car j’ai appris à dompter les espaces et à mettre en valeur les œuvres.” explique cette artiste initiée très tôt à la technique du collage par son maître d’apprentissage. Ce mode d’expression devient sa discipline de prédilection.


Elle découpe des images dans les magazines puis les mêle à ses propres photographies pour ses compositions sur panneaux en bois. L’artiste y ajoute des touches de peinture acrylique pour la vivacité de ses pigments.



Attirée par la nature, les paysages et les couleurs, elle compose ses œuvres comme un puzzle, au fur et à mesure. Attirée par les autres cultures, la plasticienne est curieuse de connaître les modes d’expression des autres peuples. Elle suit une formation pour conduire un Atelier du Jeu de Peindre avec la méthode Arno Stern. Etape qui apporte à sa façon de peindre de la spontanéité. Stern constate que les enfants de toutes les cultures ont les mêmes stades de développement du trait et des formes à âge égal, comme inné chez l’être humain. La joie de vivre s’impose au cœur de l’œuvre de Michela.



Elle réalise des collages de 1,50 m x 1,50 m, de 1,80 m x 60 cm, de plus petits tableaux, et des sculptures comme la série des ”Totem Tabouret” recouverts d’images. Elle récupère une tête de lit pour faire une œuvre sur bois, ou des palettes et des lattes pour faire un triptyque.


”J’adhère à l’idée de donner une seconde vie à un objet qui m’inspire” avoue celle qui signe ses œuvres d’un logo fuchsia, un M prolongé par un ovale ouvert.





Elle réalise des créations en 3D à partir de papier, de carton, de tissus, de laine, de broderie, ou des maquettes très délicates. Elle construit aussi des mobiles de 2m de long sur 70 cm de large. Son thème récurrent est l’arbre, symbole de connexion entre le ciel et la terre. Elle interprète dans plusieurs œuvres ”De la racine aux étoiles”… La verticalité de l’arbre était même le fil rouge de l’une de ses expositions.


Cette plasticienne à la voix douce abandonne parfois son atelier pour des balades au bord du lac ou pour sa pratique de la danse, et plus récemment des danses égyptiennes et du yoga égyptien qui lui apportent une autre vision de l’existence…





Chaque œuvre de Michela est liée l’une à l’autre, chaque tableau ou sculpture se construit l’une après l’autre…


A découvrir sur son site www.michelavarini.ch et lors de ses expositions à Lugano, à Neuchâtel ou ailleurs.


Comentarios


bottom of page