PLEINS FEUX SUR SOMSAK HANUMAS, à la 59ème édition de la Biennale de Venise


Rendez-vous du 23 avril au 27 novembre 2022 à la découverte de ce peintre thaïlandais sélectionné parmi 213 artistes. Il dévoile sept de ses œuvres qui scelleront sa présence pour la première fois à cet événement majeur de l’art contemporain. Déclinée cette année sous le thème ”The Milk Of Dreams”, inspiré d’un livre surréaliste pour enfants avec en fil fouge l’imagination et les métamorphoses, cette exposition internationale organisée en Italie, avec à sa direction Roberto Cicutto et Cecilia Alemani, lui offre une occasion exceptionnelle de présenter aux yeux du monde de l’art son travail repéré il y a 15 ans par Dominique Sibade.

Ce galeriste l’a pris sous son aile pour faire apprécier son talent et l’accompagner jusqu’à cette merveilleuse aventure, et au-delà !


Dans le giron d’un galeriste de renom

Dominique et Joëlle Sibade adorent l’Asie. Ce couple d’anti-quaires bordelais a vécu à Bangkok avant de se consacrer à la valorisation du travail d’artistes plasticiens rencontrés au fil de leurs voyages en Thaïlande. Envoûtés par l’âme des œuvres de ces peintres d’ailleurs, ils ont orienté leur activité vers la défense dans le monde entier de la mouvance de sept artistes thaïlandais d’art contemporain dont Somsak Hanumas.

Dominique a rencontré par hasard ce dernier dans son atelier, un bouclard de 9m². Il a tellement aimé sa patte qu’il a immé-diatement tout acheté. S’il peint environ 70 à 80 tableaux par an, l’artiste prend son temps. Il revient sur la toile par quatre couches successives de peinture. Sa technique exige beaucoup de patience à cause de la phase de séchage dans un climat à l’hydrométrie intense. Il détermine le fond, puis intègre une vague des points, suivie par l’apparition de lignes, de traits méticuleux et précis… Somsak a débuté sa carrière dans l’informatique avant de tout lâcher pour se consacrer à son art. Il utilise le point et le trait comme il pouvait le faire dans son ancienne activité avec le 0 et le 1. Sans compter ses heures, animé par le désir de l’aboutissement de l’œuvre, son rituel fascine le galeriste originaire du Pays Basque et fil d’un artiste peintre, : ”Je m’assois dans son atelier, je le regarde travailler et je me laisse submerger par l’émotion” avoue Dominique Sibade. Dans son antre, Somsak Hanumas s’affuble d’un short, torse nu ou en petite chemise. Il porte toujours des bottes en caoutchouc pleines de taches de peinture de toutes les couleurs…


Très sérieux quand il peint un portrait de femme, un paysage abstrait, il laisse son atelier vibrer en musique sur les sons rock : Les Beatles, The Rolling Stones ou The Doors… Mieux encore, il attribue à ses tableaux les noms de leurs chansons. Debout devant la toile comme s’il méditait, il trace son trait d’une rapidité incroyable et d’une précision extrême. Il réfléchit à ce qu’il fait et sait déjà au premier coup de pinceau comment le sujet va finir. Il utilise l’acrylique et la laque sur une grande partie de ses peintures. Il faut environ 8 à 12 semaines pour qu’une œuvre sorte achevée de son atelier.

Ce grand brun, timide, posé, calme, jeune marié de 42 ans, vient de connaître la joie de la paternité avec une petite fille. Parmi ses hobbies, les voyages nourrissent sa quête artistique. Il prend son appareil photo et va dans la nature figer des images et des couleurs qu’il essaie de reproduire comme un ciel orageux, un champ, des nuages… Même dans ses créations les plus abstraites, on peut avoir distinguer des silhouettes danser sous le soleil.


Un tremplin unique pour un artiste authentique

”Rien n’est plus beau et plus exaltant que l’art” se plaît à répéter Somsak Hanumas. Et il n’est pas le seul à partager ce point de vue. Il suffit de constater que 850 000 visiteurs sont attendus à la Biennale de Venise cette année. Rappelons que tous les musées du monde viennent y faire leur marché.

Certaines de ses toiles ont déjà trouvé place dans les collec-tions de Fondations célèbres ou chez des collectionneurs avertis séduits par son style unique. Ce n’est pas un hasard si le collectionneur Bernard Magrez dit de lui : ”Ce garçon a le génie du mélange des couleurs” ! Ses tableaux ont déjà conquis la Fondation Whalroos en Finlande, la Fondation Mikati au Liban sans oublier le groupe LVMH en prenant place sur les murs de leurs boutiques. La cote de l’artiste est incontestablement en train de grimper.

Ses sept tableaux dévoilés pour l’occasion de cette exposition italienne de notoriété mondiale sauront montrer tout le talent du créateur inspiré par de multiples thématiques : nuages, tornades, carte de la Thaïlande, champs, temples, palmiers, et même le trou noir de l’univers. La sélection choisie parmi ses œuvres originales sera visible au Palazzo Bembo, l’un des plus beaux palais de Venise.


Un livre éponyme ”Somsak Anumas” en vente sur Amazon, édité par Dominique Sibade, retrace son parcours et un survol de son univers chatoyant, coloré et riche de nuances.

Le profil atypique de l’artiste discret, et travailleur acharné, est aussi à découvrir en ligne sur le site de la galerie qui le représente à l’international, Asiart Gallery : www.asiart.fr et sur le compte Instagram de l’artiste : somsak_hanumas, et bien sûr sans oublier dans le show room de 500m² d’Asiart Gallery by Dominique et Joëlle Sibade en France, uniquement sur rendez-vous.